Voici le palo quemado, dit don jaime

L’oiseau familier perchait nuit et jour au bord du hamac de son maitre, et il se fortifiait d’heure en heure dans la connaissance du parler _moco_, qui est, comme vous savez, un patois provencal francise, du plus haut ragout. . Ah! Ah! dit-il avec un ricanement ironique, chacun son tour, caballeros, je crois que c’est moi en ce moment qui suis maitre de la situation et en mesure d’imposer des conditions. Et ca va bien, les petites amours legitimes? –Hum! –Comment? Deja! –Je n’ai pas dit. Le general haussa les epaules avec dedain. A des.

C’est vrai, murmura le general. Elle ne lui pardonnera pas ce ridicule. Don Andres de la Cruz, car maintenant nous lui rendrons son veritable nom, avait assiste en spectateur fort interesse a toute cette scene a laquelle jusque-la il n’avait ose se meler. . Je vous revois donc, mon ami, lui dit-il; merci de vous etre souvenu de moi. Bientot le mayoral de la diligence sortit de dessous sa voiture ou il avait dormi enfoui dans l’herbe, donna a manger a ses betes, pansa les blessures faites par les harnais, les attela, puis il se mit a appeler ses voyageurs; ceux-ci reveilles par ses cris sortirent a demi eveilles de la venta et allerent prendre leurs places dans la voiture. . .

Nous avons une commission pour les gendarmes de Bormes.

Maintenant me permettez-vous de vous adressez une question? –Pardieu, de grand coeur, deux si cela vous convient. Il est aujourd’hui un tres humble mais tres devoue serviteur de la Republique. Attention, messieurs, dit-il; je commence: Je dois avant tout, reprit-il, reclamer votre indulgence, pour certaines lacunes et surtout pour quelques points obscurs qui se trouveront dans ce recit; je vous repete que je ne fais que redire ce qui m’a ete conte a moi-meme, que par consequent il y a beaucoup de choses que j’ignore et que je ne puis etre rendu responsable des reticences faites probablement avec intention par le premier narrateur qui avait sans doute des motifs connus de lui seul pour laisser dans l’ombre certains incidents de cette histoire, fort curieuse, du reste, je vous l’affirme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.